Nouvelles du Cameroun : Enfants promoteurs de la paix

Sauvée des mains de Boko Haram

les extrémistes de Boko Haram mettent le feu et sèment le désastre

Les familles qui habitent les zones frontalières sont soumises aux exactions et attaques répétitives du groupe terroriste Boko Haram. Lors de leurs attaques, les villages sont brulés, les familles séparées, de nombreuses personnes égorgées, brulées ou amputées.

 

AMINA vivait avec ses parents et ses frères dans un village. Un jour, au petit matin, les hommes de Boko Haram ont attaqué. Ce jour là, son père et ses frères ont été tués et leur maison brulée. AMINA s’est retrouvée seule avec sa mère. Nous avons pu recevoir son témoignage :

destruction d'un village par Boko Haram

« Je m’appelle AMINA, j’ai 9 ans, j’ai été enlevée par Boko haram avec 5 autres filles du village alors que nous étions allées chercher du bois. Nous avons fait 6 mois dans leur camp, enfermées dans une maison. Nous passions toute la journée à lire le coran. Ils nous disaient: « nous sommes votre nouvelle famille et vous devez nous obéir. Nous allons éliminer tous ceux qui sont infidèles à notre religion ». Un jour ils nous ont amené dans une chambre remplie de choses que nous n’avions jamais vues avant ; ils nous ont dit que nous allions attacher ces choses autour de notre ventre pour tuer les infidèles et que nous irions au paradis.

- Les habitant fuient et vont se réfugier plus loin des frontières

Un jour, pendant que beaucoup de gardiens étaient partis, nous avons fuit. Quelqu'un nous a indiqué dans quelle direction marcher et nous avons fait 3 jours de marche en brousse. Arrivées au premier village, les membres du comité de vigilance nous ont conduites à la gendarmerie la plus proche. Après enquête, les 5 autres filles ont été remises à leurs familles et moi entre temps ils m’ont dit que ma maman est décédée de chagrin après avoir fait mon deuil. Les gendarmes m’ont amenée en ville dans une autre gendarmerie qui m’a confiée à une femme de l’Etat. Elle m’a accueillie et m’a inscrite à l’école.

Un jour de retour de classe, la dame m’a dit que ma grand-mère a été retrouvée et qu’on viendra me chercher pour me ramener chez elle. J’étais contente de la revoir.

Aujourd’hui j’habite avec ma grand-mère et mon cousin et je vais à l’école. J’ai beaucoup d’amis mais J’ai mal parce que mes parents et mes frères sont morts…».

 

Démarrage du projet dans l'Extrême-Nord Cameroun

Du 24 au 31 janvier 2017, une partie de l’équipe ALDEPA et Elisabeth Munsch ont travaillé ensemble pour un bon démarrage du projet : Les enfants acteurs de dialogue pour la paix, la stabilité et le vivre ensemble dans l’Extrême-Nord Cameroun, co-financé par l’Union Européenne pour une période de 4 ans à compter du 1er Janvier 2017.


Ce projet novateur est un grand défi pour ALDEPA et KiRA.

En effet, il s’agira de

  • Développer et rendre opérationnels des mécanismes endogènes de dialogue pacifique interreligieux, interculturel et interrelationnel pour la paix et la stabilité au sein des communautés, promue par les enfants et les groupes sociaux structurés.
  • Promouvoir le leadership jeune pour une citoyenneté responsable et respectueuse de l’autre et du bien public.
  • Susciter et renforcer la participation citoyenne des jeunes pour une meilleure influence des politiques et actions publiques.

 

L’équipe ALDEPA et la chargée de projet KiRA ont pris du temps pour :

  • Peaufiner les stratégies d’action afin de maximiser leurs chances de réussite,
  • Préparer le travail de diagnostic participatif permettant de réaliser un état des lieux identifiant les problèmes et besoins des communautés en matière de cohabitation entre religions, entre ethnies, entre générations, les blocages à la participation citoyenne des jeunes, et à la collaboration avec les communes.
  • Confectionner une plaquette de présentation du projet, concevoir les différents outils de recueil des données et de capitalisation des résultats engrangés.

 

Après ces travaux préparatoires, l’heure est venue de se lancer dans l’action !

 

Un groupe d'enfants en train d'élaborer son plan d'action.

Bleiben Sie informiert: Abonnieren Sie unseren

Kinderrechte Afrika e. V.

Schillerstraße 16

D-77933 Lahr

 

Tel.: 07821/38855

Fax: 07821/985755

info@kinderrechte-afrika.org

 

Spendenkonto:

Sparkasse Offenburg/Ortenau

BIC: SOLADES1OFG

IBAN:

DE69 6645 0050 0076 0040 44

Druckversion Druckversion | Sitemap
© 2016 Kinderrechte Afrika e. V. - Zukunft für Kinder in Not