Succès exceptionnel au niveau juridique: libération d'enfants soupçonnés de terrorisme au Cameroun

 

 

A l’Extrême Nord du Cameroun, des enfants sont enlevés ou enrôlés par les groupes terroristes et utilisés pour des attentats. Des mineurs soupçonnés d’être en contact avec ces groupes sont aussi arrêtés et placés en prison. Dans le cadre de notre projet de justice juvénile, notre partenaire ALDEPA a régulièrement encadre les enfants au quartier pour mineurs de la prison de Maroua et leur apporte une assistance juridique.

 

Grâce à une demande en procédure d'habeas corpus introduite par l’avocat mandaté par ALDEPA et le soutien des membres de la plateforme des acteurs de la justice juvénile du Diamaré à Maroua, 23 enfants soupçonnés d’être en contact avec des groupes terroristes et en détention depuis 2014 et 2015 ont été libérés fin mars par le tribunal. Cette décision est une première et constitue un succès exceptionnel.

 

Les enfants de nationalité camerounaise sont effectivement sortis de prison le jeudi 6 avril. Les autorités demandaient que les enfants étrangers soient remis dans leurs pays par les forces de maintien de l’ordre.

Cette solution n’est pas à la faveur des enfants étant donné les risques d’enrôlement ou de nouvelle incarcération, ou de récupération et de mauvais traitements encourus par ces enfants. Pour cette raison, le soutien des Nations Unies en premier chef  l’UNICEF a été d’un grand apport afin que ces enfants ne soient pas renvoyés jusqu’à ce que ce que la procédure de recherche de leurs familles soit aboutie, mais que les enfants soient aussi placés à l’ICE en attendant et non en prison. Le délégué de l'administration pénitentiaire et le régisseur ont bien collaboré et ainsi, les enfants étrangers ont aussi été libérés et orientés vers l’Institution Camerounaise de l’Enfance de Maroua (ICE). La bonne collaboration avec les acteurs divers de la protection des enfants dans la région est une réussite d’ALDEPA.

 

Les 23 enfants libérés ont bénéficié d’un placement administratif à l’ICE de la part de la délégation régionale des affaires sociales (DRAS) en attendant leur retour progressif en famille. Ils ont reçu des kits de réinsertion, c’est-à-dire des soutiens matériels, comme des vêtements et des produits d’hygiène. Un atelier sur la citoyenneté, la paix et le vivre-ensemble a été organisé par ALDEPA à leur intention pendant que l’équipe de la DRAS et de l’ICE s’occupent de leur prise en charge psychosociale. Les éducatrices travaillent avec eux sur leurs projets de vie qui seront soutenus une fois finalisés pour leur réinsertion communautaire.

 

La recherche des familles s'était intensifié après la libération. Elle n’avait pas pu aboutir auparavant parce que leur situation n’était pas clarifiée et leurs familles ne sont pas présentées.

 

Il s’est avéré que certains enfants dits étrangers ont des souches familiales au Cameroun. La recherche des familles des enfants qui sont étrangers se faisait aussi dans le camp des réfugiés par l’équipe d’ALDEPA et le HCR.

La DRAS et ALDEPA feront le suivi de ces enfants en familles pour faciliter leur réinsertion.

 

Le ministère des affaires sociales a mis à disposition de l´institution aillant recueilli les enfants après leur libération, 4 nouveaux travailleurs sociaux afin d´assurer la prise en charge psychologique. La recherche des familles par ALDEPA s´est révélée fructueuse, si bien qu´au 10 mai prochain, tous les enfants – à l´exception de deux adolescents nigériens – seront retournés dans leur famille, même ceux venant de régions difficilement accessibles. La réinsertion des enfants dans leur famille a été soutenue de manière administrative par le ministère des affaires sociales, pendant que ALDEPA préparait les familles au retour des enfants.

photo en tête : enfants privés de liberté. © Jacky Naegelen/Reuters

Bleiben Sie informiert: Abonnieren Sie unseren

Kinderrechte Afrika e. V.

Schillerstraße 16

D-77933 Lahr

 

Tel.: 07821/38855

Fax: 07821/985755

info@kinderrechte-afrika.org

 

Spendenkonto:

Sparkasse Offenburg/Ortenau

BIC: SOLADES1OFG

IBAN:

DE69 6645 0050 0076 0040 44

Druckversion Druckversion | Sitemap
© 2016 Kinderrechte Afrika e. V. - Zukunft für Kinder in Not