Nouvelles de Bamako

Beaucoup de réactions positives à la fin du projet

Notre programme avec le partenaire GRADEM pour la promotion et la protection des jeunes fille aide-ménagères à Bamako sera clôturé fin de l’année avec des résultats très positifs.

Notre chargée de projets Elisabeth Munsch a accompagné GRADEM mi-novembre 2018 dans l’évaluation finale.

 

Surtout la formation de base pour la qualification professionnelle des jeunes aide-ménagères était appréciée par toutes les côtés :

 

Les membres d’associations de protection des enfants à Bamako expliquent :

« Avant l’implication du GRADEM, les filles rencontraient beaucoup d’impayés de salaire et il était difficile pour les leaders de les aider au recouvrement ; mais le projet a beaucoup facilité les choses. »

 

« Au début, les employeuses étaient méfiantes, elles pensaient qu’on allait monter les filles contre elles, mais peu à peu elles ont vu le bénéfice pour les filles et pour elles. »

 

« Les filles formées ont de meilleures conditions de vie. Leurs revenus sont augmentés, elles ont des meilleures conditions de travail, elles sont plus satisfaites et rencontrent moins de difficultés. »

 

« [Maintenant, les filles] connaissent leurs droits, ce qu’elles doivent faire, ce que la patronne ne peut pas faire. Elles se comportent mieux et il y a moins de conflits avec les patronnes. Donc leurs conditions de travail sont meilleures et les deux côtés sont plus satisfaits. »

 

« L’apport du GRADEM est aussi particulièrement bénéfique pour le règlement des autres problèmes, notamment les violences faites aux filles. Elles trouvent là des défenseurs qui sont écoutés et obtiennent justice. »

 

Les employeuses des filles aide-ménagères témoignent :

« On voit une très grande différence entre les filles formées et les autres. La formation est vraiment à encourager de même que la fréquentation des espaces d’éducation qui permet aux filles d’échanger et d’acquérir des notions d’alphabétisation. »

 

« Elles ont acquis des compétences très utiles pour leur travail. Elles savent comment se comporter, ce qui fait qu’elles sont appréciées et recherchées. Elles sont stables ce qui nous arrange. »

 

« Si l’aide-ménagère fait bien les tâches qu’on lui confie, on peut faire les nôtres. Elle n’est pas une esclave à qui on demande de tout faire et on ne doit pas la traiter comme telle. »

 

Les jeunes filles ayant reçu une formation du projet confirment :

« Avant on était insultées, maltraitées, on n’avait pas d’horaires et pas de repos, maintenant tout a changé. »

 

« Avant la formation, je travaillais sans repos jusqu’à 23H. Maintenant j’ai des moments de repos pendant l’après-midi et un jour de repos par semaine. Avant aussi, je ne connaissais pas le travail et on me grondait beaucoup. Maintenant je sais comment faire. Je suis appréciée. Ma vie est changée. »

 

« Avant la formation, il y avait plein de choses que je ne savais pas faire. Maintenant je sais et je suis bien payée. Et en plus j’ai du repos. Je suis bien traitée et je mange bien. Mon salaire est payé à temps. »

 

« On ne connait plus les insultes et les injures et on est mieux payées. Je sais ce que j’ai à faire et on ne me donne plus tout le temps des tâches en plus. Ma situation est vraiment meilleure. »

 

« L’attestation qu’on a reçu à la formation m’a aidé à trouver un bon travail. »

 

« GRADEM doit continuer ce travail parce qu’il change la vie des aide-ménagères. »

Plaidoyer pour les droits des aide-ménagères à l’occasion du 20 novembre 2018, journée internationale des droits de l'enfant

Pour célébrer le 20 novembre 2018, GRADEM a réuni plus de 1.300 aide-ménagères, les représentants du Ministère de la Promotion de la Famille, la Femme et l’Enfant, de la Jeunesse, le Cellule de Lutte contre le travail des enfants, le Ministère de l’Emploi, le syndicat UNTM, le Mouvement malien des Travailleurs Chrétiens, les Pionniers, les représentants des différentes associations engagées pour les droits des aide-ménagères au Palais de la Culture, au bord du fleuve à Bamako.

 

Lisez aussi l'article de presse: 30ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l’Enfant : Les aide-ménagères au centre de l’évènement !

 

Cette manifestation a été l’occasion de renouveler le plaidoyer en faveur des droits des aide-ménagères. Divers slogans ont été mis à la une :

  • « Décideurs, la règlementation du travail des aide-ménagères est votre devoir, agissez ! pour nous chaque enfant vaut »
  • « L’exploitation des aide-ménagères est un frein à l’autonomisation de la femme »
  • « La protection des aide-ménagères est un devoir pour tous »
  • « Oui à l’accès aux soins et à un jour de repos par semaine pour les aide-ménagères »

 

Dans son allocution, le représentant du Parlement des Enfants met en exergue les abus encore perpétrés sur les aide-ménagères, il les assure de la poursuite de leur travail appelle à poursuivre l’engagement du Réseau pour que leur situation évolue positivement.

 

Les aide-ménagères quant à elles, ont présenté différents sketches dénonçant les conditions de travail difficile qu’elles subissent, leur quotidien toujours émaillé d’ordres, de cris et l’absence de respect ou de considération dont elles sont l’objet alors qu’elles sont les premières levées et dernières couchées, tout cela pour un salaire de misère. Elles disent aussi que leurs ainées sont venues avant elles et ont rencontré les mêmes problèmes ; aujourd’hui, elles sont là à leur tour et elles ne vont plus se taire parce que maintenant les choses doivent changer.

 

Différents artistes, un slameur, une griotte, une troupe de danseurs et un chanteur ont abordé ces thématiques, à travers leur art, et revendiqué, entre quelques autres allocutions, un meilleur traitement et le respect des droits de ces filles qui rendent d’importants services aux familles.

 

Cette matinée a été vécue comme une fête pour les aide-ménagères qui se sont senties valorisées et comprises.

Ensemble pour la protection des aide-ménagères mineures à Bamako

Le 26 et 27 octobre 2017, environ 50 acteurs de l’Etat et de la Société civile, responsables ou autrement engagés pour la protection des enfants travailleurs, se sont réunis à Bamako. Il s’agissait de leur deuxième rencontre. Déjà en avril 2016, ils avaient participé à une formation de deux jours pour s’approprier des bases légales régissant le travail des enfants et notamment des jeunes filles aide-ménagères mineures, et pour identifier ensemble de bonnes pratiques pour leur meilleure protection.

La première journée de la rencontre de cette année était consacrée au Recueil sur les droits des enfants travailleurs. Il s’agit d’une publication élaborée ensemble par GRADEM et Kinderrechte Afrika e. V. suite à la formation de 2016. Dans un premier temps, Katja ZUG, juriste de Kinderrechte Afrika e. V., donnait un aperçu du contenu du Recueil aux participants. Par la suite, les participants étudiaient en profondeur les différents chapitres du document en plusieurs groupes de travail, renouvelant et/ou élargissant ainsi leurs connaissances en la matière.

Ils vérifiaient aussi si les commentaires et recommandations faits dans le document étaient corrects et complets, faisant valoir donc leurs propres expériences pratiques. Le Recueil sera publié encore avant la fin de l’année. Il contribuera à améliorer la protection des enfants travailleurs.

La deuxième journée de la rencontre a offert aux participants la possibilité d’échange intensif d’expériences. La base de l’échange constituait d’abord les bonnes pratiques pour la protection des jeunes filles aide-ménagères mineures identifiées en 2016. Plusieurs participants partageaient des réussites et difficultés rencontrées dans leur mise en œuvre, donnant aussi des exemples concrets de leur milieu de travail. Suite à cet échange, les bonnes pratiques ont été complétées par un point concernant la mobilité des jeunes filles aide-ménagères mineures. Par la suite, Antoine AKPLOGAN, Directeur exécutif du GRADEM, visualisait encore une fois le mécanisme de protection lequel a pu être mis en place en faveur des jeunes filles aide-ménagères mineures avec le soutien des participants. Il soulignait encore une fois le rôle et l’importance des divers acteurs. Les participants illustraient et confirmaient ceci encore davantage par des interventions et témoignages.

La rencontre de cette année et la formation de 2016 ont eu lieu dans le cadre du programme visant l’amélioration du statut et des conditions de vie et du travail des jeunes filles aide-ménagères mineures à Bamako. Ce programme est co-financé par l’Union européenne et la coopération allemande.

Mobilisation sociale pour les droits des aide-ménagères

parlement d'enfants Bamako Discours d'ouverture par la présidente du parlement des enfants

Bamako 1er juillet 2017.

Samedi 1er juillet, le GRADEM a organisé avec ses partenaires et notamment le Parlement des Enfants et les mouvements d’enfants (amis des KIZITO, scouts et jeunes pionniers, …) une grande mobilisation sociale pour les droits des aides ménagères avec pour thème :

« UN AUTRE REGARD SUR LES JEUNES FILLES AIDE-MENAGERES DANS NOS FAMILLES »

 

L’objectif est de sensibiliser pour une amélioration des conditions de vies et de travail des jeunes filles aide-ménagères.

La manifestation s’est tenue dans la cour du Parlement National des Enfants. Plus de 800 personnes y ont participé :

  • des aides ménagères venues de tous les « Espaces d’éducation » des communes 4, 5 et 6 de Bamako,
  • les enfants des mouvements de jeunesse
  • les membres de l’association des Travailleurs Domestiques Maliens
  • les leaders des structures d’orientation et de placement
  • des grands logeurs
  • quelques employeurs
  • le Directeur National de l’enfant et de la famille, un représentant de la Brigade des Mœurs, les responsables des ONG engagées dans la protection des aide-ménagères

Les groupes sont venus avec leurs banderoles portant des slogans concernant les droits des aide-ménagères : un jour de repos hebdomadaire, stop à l’emploi des enfants de moins de 15 ans, un travail digne pour les aides ménagères, halte aux mauvais traitements et abus, la signature de la convention 189 de l’OIT concernant le travail des employés de maison … Ils avaient également préparé des sketch et chants décrivant les conditions de travail de ces filles et leurs revendications.

La manifestation où se sont succédés discours, sketchs et chants s’est terminé dans la danse et l’allégresse de tous les participants.

 

Cette manifestation a été relayée par 3 chaines TV, 3 radios et 2 journaux. De nombreux appels et réactions positives venant de tout le pays sont enregistrés suite aux diverses diffusions.

Former pour mieux protéger :
le CIDT du GRADEM noue avec le succès !

 

Elles sont 6 jeunes aides ménagères à avoir rejoint, ce 11 novembre 2016, les 64 aides ménagères initiées au travail domestique par le GRADEM dans son Centre d’Initiation au Travail Domestiques des jeunes filles aide-ménagères (CIDT) ouvert depuis avril 2016.


Venues de villages, précocement déscolarisées, ces jeunes filles sont venues gagner leur vie à Bamako ; mais inexpérimentées, elles ne peuvent prétendre qu’à une rémunération minime pour de longues journées de travail et s’exposent aux critiques et reproches de leurs patronnes d’une part et aux dangers de la vie urbaine d’autre part. C’est aux fins de mieux protéger ces filles mineures, de promouvoir leurs droits, de faire reconnaitre cette activité comme un vrai métier et de mieux adapter l’offre à la demande que le GRADEM a décidé d’ouvrir ce centre. Structures de placement et d’orientation, grands logeurs qui accueillent les filles en provenance de leur village à leur arrivée sont approchés afin de les sensibiliser et de promouvoir cette démarche de formation.


Une fois l’initiation achevée, elles sont accompagnées vers l’emploi et suivies. Le savoir-faire acquis leur permet de prétendre à une meilleure rémunération. Elles connaissent aussi leurs droits et devoirs et savent comment se comporter pour être respectées et reconnues. Les patronnes de leur côté sont aussi gagnantes : ces jeunes filles connaissent le travail et savent cuisiner au moins 17 plats maliens ou internationaux simples mais savoureux. Lors des rencontres de suivi les 2 parties ont manifesté leur satisfaction.

 

formation professionelle des aides ménagères au Mali un groupe de filles formés avec leurs certificats

photo en tête: Sketch présenté par des filles aides ménagères lors de la manifestation à Bamako pour l'amélioration des conditions de travail pour les jeunes filles aides ménagères. © Elisabeth Munsch

Druckversion Druckversion | Sitemap
© 2016-18 Kinderrechte Afrika e. V. - Zukunft für Kinder in Not. Das Kopieren und/oder die Verwendung von Bildern sowie anderen Inhalten dieser Webseite ist nur mit ausdrücklicher Zustimmung von Kinderrechte Afrika e. V. gestattet. La copie et/ou l'utilisation d'images et d'autres contenus de ce site web ne sont autorisées qu'avec le consentement explicite de Kinderrechte Afrika e. V. The copying and/or use of images and other contents of this website is only permitted with the explicit consent of Kinderrechte Afrika e. V.