Togo: Bilan des activités 2015

 

 

Durant les 12 derniers mois, toutes les activités planifiées ont été réalisées dans un climat politique et administratif perturbé par les revendications syndicales des travailleurs pour l’amélioration des conditions de vie et de travail et surtout l’échéance électorale d’avril 2015.

 

Ces mouvements sociaux ont provoqué plusieurs reports de l’atelier des magistrats, un ralentissement des sensibilisations sur le phénomène des Enfants Dits Sorciers (EDS) et la fermeture des écoles durant un (1) mois.

 

La mise en œuvre des activités inhérentes au projet connait une grande avancée conformément à la planification prévue. La série d’ateliers de renforcement de capacités des acteurs a été clôturée avec l’atelier de formation de 15 magistrats et 05 greffiers des cabinets des juges des enfants. Il en résulte une meilleure collaboration sur le terrain, un début de respect des procédures en matière de protection des enfants :

 

  • gratuité dans l’établissement des ordonnances de placement,
  • démarches de médiation pénale,
  • demande d’enquêtes sociales aux acteurs de protection pour accélérer les procédures en faveur des enfants en détention,
  • mesures alternatives à l’emprisonnement.

 

 

Principaux résultats enregistrés

 

  1. Enfants suspectés d’infractions

 

La principale infraction commise par les mineurs est le vol

  • 323 mineurs auteurs d’infraction sont libérés en phase policière dans les unités de police et de gendarmerie de la région centrale

  • Les poursuites sont arrêtées grâce aux solutions à l’amiable face en faveur de 138 mineurs

  • 77 séances de causeries éducatives et d’accompagnement social réalisées au profit de 30 mineurs en détention dans les prisons civiles de Sokodé, Kara, Kanté et Bassar

  • 27 mineurs en détention ont  obtenus leur libération grâce à l’implication des acteurs de la justice juvénile et aux recommandations issues de l’atelier des magistrats.

  • 23/28 parents ont accepté et participé aux démarches de CREUSET liées aux dossiers des enfants en collaboration avec les juges

La déresponsabilisation des parents et autres adultes ayant autorité sur les enfants constitue une des causes de la récidive (17%).

 

Les actions du projet ont permis le maintien de la salubrité au sein des quartiers pour mineurs à Kanté et Kara et les mineurs en garde à vue sont dans des conditions hygiéniques acceptables grâce aux différents entretiens.

 

Les maladies de la peau et autres maladies sont réduites.

 

 

  1. Enfants victimes d’infractions

 

Il s’agit essentiellement d’enfants accusés de sorcellerie et de filles victimes de violences sexuelles.

  • 257 mineurs dont 172 filles et 85 garçons

  • Les parents de 39 mineurs victimes de trafic ont été accompagnés pour déposer plainte contre les auteurs de trafic. 5/9 trafiquants ont pu être arrêtés et poursuivis.

  • 30 parents de mineures victimes d’enlèvement, de séquestration, d’abus sexuel, de viol et pédophilie sont encouragés à dénoncer les auteurs en vue de leur poursuite devant les instances juridictionnelles. Les règlements à l’amiable sont en régression.

  • Les actions concertées avec la sécurité et les appuis de CREUSET ont contribué  à l’arrestation de 12 auteurs  de viol

Les entretiens avec les parents et proches parents des enfants les ont motivé à veiller à la bonne marche des procédures judiciaires en vue d’obtenir des jugements impartiaux.

 

 

  1. Accueil des enfants en situation difficile au centre de protection et de réinsertion sociale de Creuset

 

Au cours de l’année 2015 le centre a accueilli 88 mineurs dont 47 garçons et 41 filles âgés de 2 à 17 ans.

 

Un total de 487 enfants ont bénéficié d’une réinsertion familiale, 92 d’une réinsertion scolaire et 34 d’une réinsertion professionnelle.

 

 

Druckversion Druckversion | Sitemap
© 2016 Kinderrechte Afrika e. V. - Zukunft für Kinder in Not