Cameroun : "Agir pour un sourire" - Construction d'un centre de protection pour des enfants en situation de détresse

 

Localité : Maroua dans la région de l'Extrême Nord du Cameroun

 

Partenaire local au Cameroun : ALDEPA (Action Locale Pour un Développement Participatif et Autogéré)

 

Au titre du projet :

Le titre du projet témoigne de l’action d’ALDEPA dans son désir de redonner le sourire aux enfants ayant été dans une situation de détresse et qui ont vécu des expériences traumatisantes.

Aperçu du projet

Un centre de protection d'enfants sera construit à Maroua, pour renforcer ALDEPA dans son travail quotidien avec des enfants vulnérables. Au centre, les enfants bénéficieront de protection et de soutien, jusqu'à ce qu'une solution possible soit trouvée pour leur réinsertion familiale et sociale.

Moussa, 12 ans, les parents séparés, a erré dans la rue, a volé de la nourriture, a été interpellé par la police.

Amina, 9 ans, a été enlevée par Boko Haram, a réussi à s'échapper au bout de six mois.

Dennis, 11 ans, n'avait pas d'argent pour l'école, était exploité par le travail sur les champs.

Aimée, 8 ans, a été menacée et maltraitée par sa belle-mère.

Fatou, 13 ans, a fui du mariage précoce.

Mamadou ..., Sylla ..., Issa ...

 

Dans les villes de la région de l’Extrême Nord du Cameroun, en particulier dans la capitale Maroua, le nombre d'enfants vivant dans la rue, augmente considérablement. Cela est dû, entre autres, aux activités terroristes dans la zone frontalière avec le Nigéria. Le terrorisme a causé des mouvements massifs de réfugiés vers les villes et les camps de réfugiés, ce qui a provoqué la désorientation d'un grand nombre d'enfants dans les rues. En outre, le manque de perspectives pour les filles en zones rurales fait que beaucoup d'entre elles migrent vers les villes à un jeune âge à la recherche d’un emploi dans le secteur informel. Ils y s’ajoutent des enfants qui fuient la violence et les mauvais traitements à la maison, parce qu'après une séparation ou la mort de leurs parents, de nombreux enfants sont négligés, discriminés ou maltraités dans leur belle-famille.

 

Dans la rue, les enfants entrent facilement en conflit avec la loi, sont exploités par le travail ou recrutés de force par des groupes terroristes.

 

En réponse à la situation sécuritaire et afin de diminuer le risque de recrutement forcé par les milices, les autorités municipales ont interdit aux enfants d’errer dans la rue. En conséquence, les enfants sont obligés de se confier à d’autres personnes. Pour beaucoup d'entre eux, cela veut dire de se soumettre au travail dur, à l'abus et à l'exploitation en échange pour un endroit pour dormir.

 

À Maroua, il n'existe pas d'établissements de protection d’enfants fonctionnels où les enfants peuvent être temporairement accueillis, stabilisés, pris en charge en fonction de leurs droits et préparés à une réinsertion durable.

 

Depuis sa création en 1998, ALDEPA s'est engagée à promouvoir les droits des enfants et des femmes dans la région de l’Extrême Nord. Les activités concrètes aux effets visiblement positifs ont valu à l'ALDEPA la reconnaissance au niveau national et international en tant qu'organisation forte et efficace. De nombreuses années d'expérience ont montré qu’avec l’accompagnement étroite, la réinsertion des enfants réussit dans la plupart des cas. En plus, les enfants accompagnés assument souvent une fonction de modèle pour les autres par la suite.

 

ALDEPA est maintenant confrontée au défi d'accompagner de près un grand nombre d'enfants, ce qui n'est pas possible à grand échelle dans le milieu ouvert (notamment en raison de la situation sécuritaire).

 

En l’absence d'un établissement approprié, ALDEPA s'occupe souvent des enfants dans ses bureaux. Certains membres du personnel d'ALDEPA emmènent les enfants à la maison pour la nuit. Une institution destinée à l'accueil et à l'accompagnement des enfants dans le besoin devient de plus en plus indispensable en complément du travail d'ALDEPA dans le milieu ouvert.

Objectifs du projet

Au nouveau centre de protection d’ALDEPA, les enfants en situation de détresse ont accès à leurs droits fondamentaux (à la protection, à l’abri, à l’accompagnement psychosocial, aux soins de santé, à la nutrition, à l'éducation, au jeu et au sport), ainsi qu’au soutien pour leur réinsertion familiale, scolaire ou (pré-)professionnelle.

Groupes cibles

Dans le futur centre, les enfants (filles et garçons jusqu'à 16 ans) qui sont laissés à eux-mêmes et qui vivent majoritairement dans la rue bénéficieront de protection et de soutien. Il s'agit notamment de :

  • Filles qui ont subi des violences sexuelles et sont humiliées par leur famille
  • Filles qui ont fui le mariage précoce et forcé
  • Enfants qui ont fui l'exploitation, la traite, la violence, la discrimination ou la négligence dans leur famille
  • Enfants qui sont entrés en conflit avec la loi, ont été en prison et donc ne sont plus acceptés par leur famille
  • Enfants qui ont été séparés de leur famille par des activités terroristes, ainsi que les enfants qui ont été recrutés de force et qui ne sont plus acceptés à la maison

Le centre prévu peut accueillir jusqu'à 30 enfants qui seront accueillis pour une phase de réhabilitation et de stabilisation. Environ 140 enfants par an sont attendus.

Installations prévues dans le centre

Rez-de-chaussée

  • Quatre dortoirs séparés, 2 pour les garçons et 2 pour les filles
  • Sanitaires séparés par sexe
  • Salle multifonctionnelle pour les repas, les jeux et les activités éducatives
  • Cuisine avec four amélioré

Extérieur

  • Aire de jeu
  • Puits profond pour l'approvisionnement autosuffisante en eau potable
  • Espace pour le jardinage et les activités agricoles, ainsi que l'élevage.

Étage

  • Salle de consultation des enfants
  • Bureaux pour les employés : travailleurs sociaux, éducateurs, psychologue, juriste

Toit

  • Système solaire pour l’approvisionnement en électricité autonome du centre

 

Les activités de construction et la conception sont basées sur des principes spécifiques aux droits de l'enfant. Il s'agit notamment de :

  • Interdiction du travail des enfants sur le chantier
  • Séparation claire des lieux de résidence des enfants et des lieux ouverts aux visiteurs
  • Séparation spécifique des installations sanitaires et de couchage selon le sexe
  • Dans la mesure du possible, la construction lumineuse et transparente
  • Évitement d'installations dangereuses ou sujettes aux blessures (grilles, bords, etc.)
  • Évitement de l'eau stagnante
  • Protection des fenêtres et des lits par des moustiquaires appropriées

Financement

Coûts totaux : 340.848 Euro

Avec le soutien de

  • Bild hilft e.V. "Ein Herz für Kinder"
  • Caritas international
  • ALDEPA et Kinderrechte Afrika e. V. (KiRA)
  • Et Vous ? Aidez les enfants à sortir de la rue, donnez-leur un abri protégé et des perspectives d'avenir. Faites un don pour soutenir le centre d’ALDEPA pour la protection des enfants. (Indiquer « centre ALDEPA »)

Image en tête: Arrière-cour du centre envisagé avec des espaces pour les enfants pour jouer, apprendre, faire la cuisine, cultiver des legumes, etc.

Spendenkonto:

Sparkasse Offenburg/Ortenau

Kinderrechte Afrika e. V.

BIC: SOLADES1OFG

IBAN:

DE69 6645 0050 0076 0040 44

Kinderrechte Afrika e. V.

Schillerstraße 16

D-77933 Lahr

 

Tel.: 07821/38855

Fax: 07821/985755

info[at]kinderrechte-afrika.org

Druckversion Druckversion | Sitemap
© 2016-20 Kinderrechte Afrika e. V. - Zukunft für Kinder in Not. Das Kopieren und/oder die Verwendung von Bildern sowie anderen Inhalten dieser Webseite ist nur mit ausdrücklicher Zustimmung von Kinderrechte Afrika e. V. gestattet. La copie et/ou l'utilisation d'images et d'autres contenus de ce site web ne sont autorisées qu'avec le consentement explicite de Kinderrechte Afrika e. V. The copying and/or use of images and other contents of this website is only permitted with the explicit consent of Kinderrechte Afrika e. V.