Mali : Accès à l’éducation qualitative pour les enfants en zones rurales

Nom du projet : Initiatives citoyennes de développement durable pour l’accès des enfants à leurs droits en milieu rural défavorisé

 

Lieux de réalisation : Mali dans les régions Ségou, Koulikoro et Mopti


Partenaire local : GRADEM Mali
(Groupe Recherche Action Droits des Enfants au Mali)


Période du projet : 01/10/2018 – 30/11/2021

Situation au départ

Dans les zones rurales du Mali, beaucoup d’enfants ne sont pas scolarisés ou abandonnent l’école avant la fin de leur cycle primaire. En conséquence, le taux d’analphabétisme reste élevé. Une raison importante est l’absence de revenus suffisants des familles pour payer les les fournitures scolaires et autres frais liés à la scolarisation des enfants.

Pour remédier à cette situation, KiRA et son partenaire GRADEM au Mali ont initié la création de coopératives dans 58 villages des régions Ségou et Koulikoro et ont accompagné leur développement et leur renforcement. En étant membre de la coopérative villageoise, les familles ont accès à des prêts pour le démarrage d’une activité génératrice de revenus (maraichage, élevage, commerce de condiments). Lors des réunions mensuelles, elles échangent entre elles des difficultés et réussites des activités entreprises et effectuent les remboursements prévus. La coopérative permet aussi d’acheter en gros les intrants et de les revendre à un meilleur prix à ses membres. Un comité de suivi scolaire veille à la fréquentation régulière des enfants. Ainsi, plus de 6.500 enfants, qui n’avaient pas accès à l’éducation scolaire, vont à l’école maintenant.

Défis et solutions

Suite à ces acquis, de nouvelles coopératives seront créées dans les autres villages des communes choisies afin de promouvoir le développement participatif et autogéré en zone rurale. Néanmoins, des défis pour la scolarisation des enfants, en particulier des filles, persistent :

 

  • L’absence d’acte de naissance empêche des enfants de passer l’examen de fin de cycle primaire et de poursuivre leur scolarité au secondaire. Le projet vise à promouvoir l’établissement systématique des actes de naissance dans les villages du projet.
  • Les châtiments corporels sont très répandus dans les écoles et les familles de la zone du projet. Une conscience pour une éducation non-violente est rare. Afin de promouvoir l’accès à une éducation de qualité, sans violence, il est prévu de sensibiliser les enfants, les parents, les autorités locales, les enseignants sur les droits des enfants et en particulier les méthodes d’éducation non-violente.
  • Les droits des enfants sont souvent transmis de manière incompréhensive, parce que le vocabulaire nécessaire dans les langues locales manque. Des expressions locales et culturellement acceptées pour expliquer les droits des enfants seront collectées et capitalisées pour les diffuser dans ces zones.
  • Le climat malien est aride. La monoculture, l’utilisation intensive de pesticides et de fertilisants chimiques détruit les sols, ce qui oblige les paysans à utiliser de plus en plus de produits, au détriment de leurs bénéfices et de leur santé. Cet engrenage fragilise les revenus des familles et par conséquent la pérennisation de la scolarisation des enfants. C’est pourquoi, le projet veut promouvoir l’agroécologie et la permaculture qui sont des méthodes plus adaptées permettant un développement durable.

Objectifs du projet

Objectif global (Impact) : Promotion d’initiatives citoyennes de développement durable et inculturation des droits de l’enfant dans 86 villages du milieu rural des régions de Koulikoro, de Ségou et Mopti.

 

Objectif du projet (Outcome) : Dans les 86 villages d’intervention du projet, les principaux droits des enfants sont compris, acceptés et les populations initient des actions communes pour leur meilleure application.

 

Sous-Objectifs (Output) :

  1. Les acteurs étatiques, les réseaux de la société civile et 86 communautés villageoises comprennent et diffusent les droits des enfants dans le contexte culturel et local (en particulier, le droit à l'éducation et à une éducation non-violente) dans les langues Bambara, Bomou et Dogon (Donosso) aussi bien dans les régions rurales que dans la capitale Bamako.
  1. Les groupements coopératifs sont dynamiques dans 76 villages et s’engagent pour le développement communautaire et la promotion des droits des enfants.
  1. La ferme gérée par GRADEM, donne des possibilités de formation en agroécologie aux jeunes et aux membres des coopératives des zones rurales.
  1. Le partenaire local est renforcé dans sa capacité à mener et à suivre les activités du projet et les activités d’agroécologie pour générer des revenus. Les revenus de la ferme renforcent le GRADEM pour soutenir les filles accueillies dans son centre de protection à Bamako.

 

Groupes cibles

Bénéficiaires :

- Env. 13.600 enfants, dont 7.000 filles, dont

  • 1.800 élèves du premier cycle scolaire
  • 1.000 enfants déscolarisés

- 1.000 tandems parents-enfants

 

Intermédiaires :

Population des 86 villages du projet des régions Ségou, Koulikoro et Mopti (dont 76 villages où des coopératives seront accompagnés dans leur fonctionnement et 10 villages de la région Mopti, qui n’ont pas de coopératives, mais qui participent à l’élaboration des droits de l’enfant en langues locales)

  • 175 autorités locales
  • 50 représentants des médias
  • 14 agents de l’administration communautaire
  • 600 étudiants enseignants
  • 3 agents des centres d’animation pédagogique (CAP)
  • 3 agents des services de développement rural
  • 3 alphabétiseurs
  • 6 experts de la communication traditionnelle

 

Alliés :

  • Direction régionale pour la promotion de la femme et de la famille
  • Direction centrale pour la lutte contre le travail des enfants
  • Centres d’alphabétisation pour les langues locales

Activités pricipales

  • Produire et vulgariser un ouvrage sur les droits de l’enfant en trois langues locales
  • Créer 18 nouvelles coopératives dans les communes de Ségou et Koulikoro
  • Renforcer les compétences des membres de 76 coopératives
  • Exécuter des campagnes de sensibilisation afin de promouvoir une éducation sans violence
  • Initier 110 binômes coopérateurs (30% femmes, 20% hommes et 50% jeunes filles) aux techniques innovantes, rentables et respectueuses de l’environnement
  • Renforcer les compétences du personnel GRADEM en agroécologie
  • Créer et développer une ferme écologique modèle

Financement

Coûts du projet : 555.500 Euros

 

Financement :

  • Coopération allemande (BMZ)
  • GRADEM
  • Kinderrechte Afrika e. V. (dons)

Kinderrechte Afrika e. V.

Schillerstraße 16

D-77933 Lahr

 

Tel.: 07821/38855

Fax: 07821/985755

info[at]kinderrechte-afrika.org

 

Spendenkonto:

Sparkasse Offenburg/Ortenau

BIC: SOLADES1OFG

IBAN:

DE69 6645 0050 0076 0040 44

Druckversion Druckversion | Sitemap
© 2016-18 Kinderrechte Afrika e. V. - Zukunft für Kinder in Not. Das Kopieren und/oder die Verwendung von Bildern sowie anderen Inhalten dieser Webseite ist nur mit ausdrücklicher Zustimmung von Kinderrechte Afrika e. V. gestattet. La copie et/ou l'utilisation d'images et d'autres contenus de ce site web ne sont autorisées qu'avec le consentement explicite de Kinderrechte Afrika e. V. The copying and/or use of images and other contents of this website is only permitted with the explicit consent of Kinderrechte Afrika e. V.