Togo : Améliorer l’accès aux droits fondamentaux et des perspectives de vie des enfants en détresse

 

 

Région du projet : Le projet sera développé dans les régions Kara et Centrale au Togo, en particulier à Sokodé, Kara, Sotouboua et Blitta

 

Période du projet : septembre 2017 à août 2020

 

Partenaire local : CREUSET-Togo

Situation au départ

Dans la région Centrale et de la Kara du Togo, nombreux sont les enfants en situation difficile en manque d’un système de protection adéquat. Selon les données de la Stratégie de Croissance Accélérée et Promotion de l’Emploi du Togo, au niveau national, 93% des enfants de 2 à 14 ans sont soumis à une discipline violente (physique et psychologique). Les filles sont souvent victimes de violences et d’abus sexuels. 51% des enfants de 5 à 17 ans sont victimes de traite et 57% sont astreints aux travaux dangereux.

 

Au cours de la mise en œuvre des actions en faveur des enfants pour le compte de la période de 2013 à 2016, 1206 enfants ont été référés à CREUSET. L’insuffisance des acteurs spécialisés dans la protection et l’accompagnement des enfants au niveau étatique et communautaire, la mauvaise appréhension des droits des enfants, l’inexistence de structures d’accompagnement des enfants en situation difficile, le règlement à l’amiable des infractions sur mineurs, notamment le viol et les abus sexuels sont entre autres des violations des droits des enfants avec d’importantes conséquences surtout sur leur vie, leur survie et leur développement.

 

Ce projet vise à apporter une solution holistique et durable à travers la mise en œuvre d’actions définies de façon participative. Le projet, tout en visant la consolidation des acquis de la première phase, vise aussi à asseoir une coordination et une synergie d’action entre des acteurs multisectoriels.

Objectifs du projet

Objectif global : Amélioration de la situation des droits fondamentaux et des perspectives de vie des enfants en situations de détresse dans les régions Kara et Centrale au Togo. 

 

Objectif du projet : 1.200 enfants en situation de détresse (victimes de violences, de traite, d’exploitation et/ou de pratiques culturelles néfastes) reçoivent du soutien pour la réalisation de leurs droits fondamentaux et ont accès à des mesures de réhabilitation et de réinsertion.

 

Objectifs spécifiques :

  1. 1.200 enfants en situation de détresse ont accès à l’accompagnement juridique, médical et psycho-social et sont soutenus dans leur réhabilitation et leur réinsertion.
  2. 2.125 acteurs étatiques ont les connaissances nécessaires et les compétences pour un travail effectif de protection de l’enfance. Ils connaissent de bonnes pratiques et les mettent en œuvre, en synergie avec d’autres acteurs actifs dans le domaine de la protection de l’enfance.
  3. 665 acteurs de la société civile s’engagent en synergie pour la protection effective et pour la promotion des droits de l’enfant.
  4. CREUSET est renforcé dans ses compétences d’accompagnement d’enfants en situations de détresse et de travail effectif en synergie avec l’Etat et la société civile. CREUSET est en mesure de mener des activités de protection d’enfants en étant de plus en plus autonome et indépendant.

Groupes cibles

Cibles directs :

  • 1.200 enfants (environ 600 filles et 600 garçons) victimes de violations de leurs droits : des enfants dits sorciers, des enfants vivant et/ou travaillant sur la rue, des enfants victimes de traite, de violences et de maltraitance, d’exploitation sexuelle et économique, de mariage précoce et forcé

 

En tant que multiplicateurs/intermédiaires :

  • 2.150 acteurs de l’Etat : représentants des ministères du social, de la justice, de la sécurité et de l’éducation. 40 travailleurs sociaux et volontaires nationaux. 50 forces de l’ordre et de sécurité. 50 enseignants. 650 élèves-travailleurs sociaux, 950 élèves instituteurs et 375 élèves-infirmiers. 35 acteurs interinstitutionnels.
  • 665 acteurs de la société civile : 100 chefs traditionnels, leaders communautaires et religieux, charlatans. 30 acteurs communautaires de la société civile et de l’Etat. 420 membres des clubs de jeunes et d’enfants. 50 membres d’associations de parents et de groupements d’alphabétisation. 30 représentants des médias. 35 représentants des réseaux d’OSC.

Activités du projet

Avec des enfants violentés et/ou privés de leurs droits fondamentaux

  • Accueil et stabilisation de 350 enfants en situation de détresse au centre Kandyaa
  • Accompagnement psychologique de 500 enfants en situation de détresse
  • Assistance juridique de 250 enfants en situation de détresse
  • Réinsertion familiale, scolaire et professionnelle de 1.200 enfants
  • Suivi de 850 enfants réinsérés
  • Réinsertion (pré-)professionnelle de 10 enfants à la ferme de CREUSET

 

Avec des acteurs de l’Etat

  • Rencontres d’échanges et de plaidoyers avec des acteurs étatiques au niveau central à Lomé
  • Formation de 140 acteurs étatiques sur la protection des enfants en situation de détresse et sur leurs droits
  • 10 conférences aux écoles nationales de formation de travailleurs sociaux, d’enseignants et d’infirmières
  • Table ronde interinstitutionnelle et interdisciplinaire pour 35 acteurs à Lomé

 

Avec la société civile

  • Formation de 100 autorités traditionnelles et religieuses et charlatans
  • Elaboration et validation d’une charte de protection des enfants dits sorciers par 20 leaders religieux et traditionnels, prêtres et charlatans ainsi que 10 acteurs de divers secteurs (service social, sécurité, éducation, préfectures)
  • Formation et suivi de 12 clubs d’enfants et jeunes mobilisant au moins 420 enfants au total
  • Formation de 50 parents et leaders communautaires (parents, clubs des mères, groupements d’alphabétisation)
  • Table ronde à Lomé avec 35 membres des organisations de la société civile de protection d’enfants et leurs réseaux
  • Formation de 30 représentants des médias
  • Production et émission de 324 émissions radio, des spots radios et d’un film documentaire afin de sensibiliser la population
  • Campagnes de sensibilisation dans 6 communes particulièrement concernés touchant au total 1.800 personnes
  • Vulgarisation des droits et des devoirs de l’enfant en langues locales dans les communautés et suivi des acteurs formés dans leurs actions dans les communes

 

Pour le renforcement du partenaire

  • Formation de l’équipe du projet
  • Activités agropastorales et génératrices de revenues
  • Acquisition de fonds au niveau local

Financement

 

Coûts du projet : 641.300 Euros

 

Partenaires financiers :

  • Ministère fédéral allemand de la Coopération Economique et du Développement (BMZ)
  • Sternstunden e. V.
  • Iwerliewen (IfbV), a.s.b.l.
  • KiRA (Kinderrechte Afrika e. V.), c.à.d. des donations

Faire un don pour ce projet. (Indiquer projet Togo)

Bleiben Sie informiert: Abonnieren Sie unseren

Kinderrechte Afrika e. V.

Schillerstraße 16

D-77933 Lahr

 

Tel.: 07821/38855

Fax: 07821/985755

info@kinderrechte-afrika.org

 

Spendenkonto:

Sparkasse Offenburg/Ortenau

BIC: SOLADES1OFG

IBAN:

DE69 6645 0050 0076 0040 44

Druckversion Druckversion | Sitemap
© 2016 Kinderrechte Afrika e. V. - Zukunft für Kinder in Not